Blog

Business

Concilier à distance l’enfant et la carrière

Sans titre (24)

Concilier à distance l’enfant et la carrière

Luca a la quarantaine et est un père passionné. Tellement passionné qu’il a décidé d’élever seul ses enfants Enea (8 ans) et Fiona (10 ans) après s’être séparé de sa femme il y a quelques années. Il a ainsi pris une décision qui reste une exception en Suisse. Par conséquent, il existe peu d’aides pour la gent masculine afin de concilier enfant et travail. Luca y est pourtant parvenu. Même sans perdre sa carrière. Il a été aidé par sa famille, l’ouverture de son entreprise et un peu par la technique moderne.

L’État ne soutient pas les pères
La séparation de Lucas d’avec sa femme Mia a eu lieu alors que les enfants étaient encore en bas âge. Ce n’est pas une situation facile pour un homme qui décide d’élever seul ses enfants. En effet, le législateur ne prévoit guère de soutien pour les hommes qui souhaitent s’occuper de leurs enfants.

Alors que dans le pays voisin, l’Allemagne, il existe également un congé parental pour les pères et que le parent qui reste à la maison reçoit une allocation parentale qui remplace une grande partie de son revenu, Luca a dû concilier travail et carrière immédiatement et sans aucun délai de grâce.

Beaucoup doivent choisir entre enfant et carrière
« Une réglementation similaire en Suisse serait un saut quantique pour les deux sexes », dit Luca, qui a observé à maintes reprises dans son cercle d’amis à quel point les femmes ont elles aussi du mal à se réaliser professionnellement. Selon une enquête de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales COFF, seules 63% environ des Suissesses ayant un partenaire et un enfant de moins de sept ans occupent une position professionnelle. Faute de possibilités de garde, la reprise du travail ne se fait généralement qu’après des années, à temps partiel, et en acceptant des pertes de salaire massives et des opportunités de carrière manquées.

Luca a pris le risque de continuer à travailler à temps plein. La différence de salaire habituelle entre hommes et femmes, qui atteignait jusqu’à 15 pour cent pendant l’année de séparation 2012, ne lui laissait pas d’autre choix. Son épouse devait certes payer une pension alimentaire, mais celle-ci ne suffisait pas à subvenir aux besoins de ses deux enfants. Luca a eu de la chance dans son malheur. Son employeur l’appréciait beaucoup, ne voulait pas le perdre et a fait d’énormes concessions.

Il lui a offert la possibilité de travailler de manière flexible dans un bureau à domicile. Il y a huit ans, c’était tout sauf évident. Ainsi, Luca, qui n’avait pas pu obtenir une des places convoitées à la maternelle, pouvait faire garder sa progéniture par papy et mamie le matin. Deux après-midi, les enfants étaient chez maman et chez Luca au bureau. Et les trois autres jours, le parent célibataire organisait l’après-midi ou le début de soirée avec les enfants à la maison et se connectait à nouveau au système de l’entreprise le soir, quand tout le monde dormait. S’il n’y avait pas d’autre solution, il arrivait même que ce soit le week-end.

Coordonner enfant et carrière exige une cohérence de fer.
Entre-temps, Enea et Fiona sont devenus des écoliers, mais la répartition n’a pas changé de manière significative. Au cours des dernières années, Luca a réussi, à force de constance, à faire ce que peu de familles monoparentales parviennent à faire : Concilier famille et travail.

Même la carrière de cet homme de 45 ans n’a pas eu à en souffrir. Grâce à une formation continue en ligne, qu’il a pu intégrer de manière flexible dans son temps de travail, il a réussi à passer le certificat SVF reconnu en leadership et à acquérir d’immenses connaissances spécialisées. La formation en leadership comprend six modules et donne aux participants les outils nécessaires pour optimiser leur communication, mais aussi pour diriger leurs équipes de manière authentique, visionnaire, compréhensive et efficace. L’employeur de Luca lui a permis de suivre la formation continue pendant ses heures de travail. Ce père célibataire a ainsi posé la première pierre de sa position actuelle de chef d’équipe.

La formation continue en ligne ouvre des opportunités professionnelles considérables
Luca s’est connecté de manière flexible et a intégré cette formation continue ambitieuse dans son quotidien. Au début, il craignait de devoir apprendre seul. C’est loin d’être le cas. La plate-forme d’apprentissage choisie par l’employeur de Luca ne le mettait pas seulement en contact avec des formateurs et d’autres apprenants.

Les supports de cours les plus divers étaient également disponibles, ce qui rendait l’apprentissage vraiment amusant, car plus que varié. Luca pouvait choisir entre des vidéos d’apprentissage, des podcasts, des présentations PowerPoint, des classes d’apprentissage virtuelles, des chats avec des experts et bien d’autres choses encore.

Mais Luca ne veut rien enjoliver. « Jusqu’ici, le chemin a été semé d’embûches. Et je n’aurais pas pu le parcourir sans le soutien de mes parents et l’ouverture de mon entreprise au travail et à l’apprentissage numériques », dit-il. « J’espère que mes enfants n’auront plus à faire un tel grand écart. Lorsqu’ils seront adultes, les congés parentaux feront, je l’espère, partie de la norme, tout comme l’ouverture des employeurs aux possibilités numériques. Mes enfants auront certainement la vie plus facile ».

Leave your thought here

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.